Nos conseils pour détecter les locataires mauvais payeurs ou fraudeurs

Dans le secteur de l’immobilier, les tentations sont nombreuses en ce qui concerne la fraude. Pour décrocher un bien en zone tendue, certains sont prêts à tout, y compris transmettre de fausses informations et documents. D’après une récente étude, il s’agirait de deux dossiers locataires sur trois qui seraient frauduleux avec au moins un document falsifié. Et selon certains professionnels, les plus gros revenus ne sont pas toujours des gages de référence, bien au contraire. 

Quelques conseils pour s’assurer de la cohérence des revenus

Une bonne partie des fraudes concernent la falsification des fiches de paie et déclarations de revenus. En effet, une fois ces dernières falsifiées, il est plus facile pour le futur locataire d’accéder à des logements plus spacieux et mieux équipés puisque plus cher. 

Dans un premier temps et pour les plus mauvais faussaires, il faut s’assurer que toutes les polices soient les mêmes sur le document transmis. Si ce n’est pas le cas ou que la taille diffère des autres paragraphes, c’est que le document a été modifié. 

Ensuite, et pour ceux qui savent comment faire, vous pouvez effectuer des vérifications sur les retenues sur salaire. Lorsque la modification est faite informatiquement, il peut y avoir des incohérences au niveau des différents montants. 

En ce qui concerne les feuilles d’impôts, les données sont facilement consultables en ligne avec le numéro fiscal et la référence de l’avis d’imposition. Grâce au service de vérification des avis en ligne, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour comparer les documents. 

À l’heure actuelle, beaucoup sont tentés d’avoir recours à la fraude étant donné que celle-ci est maigrement punie par la loi. Beaucoup d’outils de plus en plus performants sont également disponibles en ligne pour aider les malfaiteurs à maquiller leurs documents. 

Pour en apprendre davantage sur la personne qui vous soumet un dossier de location, vous pouvez également consulter son profil LinkedIn et son profil Facebook. À travers ces réseaux sociaux, vous pouvez facilement savoir si les informations personnelles qu’elle vous a donné sont valides ou non. 

Ces mesures peuvent paraître excessives, mais dans plusieurs cas, elles s’avèrent indispensables. Si deux dossiers sur trois possèdent effectivement au moins un document frauduleux, il est essentiel de faire des vérifications en amont pour éviter de faire face à une situation délicate, surtout vis-à-vis du propriétaire bailleur.